Une plomberie en bon état est un gage du confort dans un logement. La question du paiement des réparations revient souvent lorsque des problèmes sur la tuyauterie et les équipements sanitaires surviennent dans une location. Découvrez quelles sont vos obligations en tant que locataire.

Que faire en cas de problème de plomberie ?

En principe, vous devez obtenir l’accord du bailleur sur la nature et le montant des travaux avant leur exécution. Une fuite ou toute autre panne doit pourtant être prise en charge rapidement pour éviter de causer plus de dommage ou de voir votre facture d’eau augmenter. Malgré l’urgence, il est recommandé d’appeler votre propriétaire pour lui signaler le problème. Si le paiement des réparations lui revient, il devra contacter un plombier pour vous dépanner dans les meilleurs délais. Si elles vous vous incombent, il peut vous fournir une liste préférentielle de plombier pour vous permettre de choisir votre artisan. Si vous ne parvenez pas à joindre votre propriétaire, ne manquez pas de demander un devis détaillé au plombier. Vous devrez lui en envoyer une copie par courrier recommandé dès que possible, pour prévenir tout malentendu.

fuite deau
Que paye le locataire ?

Globalement, il lui revient de régler les frais pour les réparations locatives et l’entretien périodique de l’installation, dont la vidange de la fosse septique. Elles concernent les pannes sont dues à l’usage normal de la maison ou à un entretien insuffisant. Cela comprend les problèmes de fuite d’eau, des WC, toilette ou des canalisations bouchées. Il devra assumer les réparations si un robinet fuit, si un joint doit être remplacé ou si le chauffage ne fonctionne pas. Il prendra également en charge l’entretien des appareils sanitaires (évier, baignoire, douche, lavabo,…) et du système de chauffage (chaudière, chauffe-eau, radiateurs,…).

Que paye le propriétaire ?

Normalement, le propriétaire doit s’assurer de proposer un logement décent à ses locataires. L’état des lieux qui précède leur emménagement sert à détecter d’éventuels problèmes et déterminer les réparations correspondantes. Il devra prendre en charge l’entretien ou le remplacement des équipements avant l’installation des nouveaux locataires. Il lui reviendra par la suite de payer les réparations liées à la vétusté de la plomberie ou une malfaçon de la maison ou l’appartement. Il prendra les frais en charge dans le cas où il faut remplacer un chauffage jugé trop vieux et des sanitaires en mauvais état, entre autres. Au besoin, il paiera la mise aux normes de la maison pour garantir le confort et la sécurité de ses occupants.

plomberie
Que faire si le propriétaire ne veut pas payer ?

Le bailleur peut refuser de régler la note du plombier si vous avez omis de l’informer au préalable des réparations effectuées ou s’il estime qu’elles n’engagent pas sa responsabilité. Avant toute chose, tentez de résoudre votre désaccord à l’amiable. Si vous êtes dans votre droit, n’hésitez pas à présenter des justificatifs sur la nécessité du dépannage pour parvenir rapidement à un compromis.

Si le propriétaire refuse de payer les réparations, la loi vous oblige à le mettre en demeure par courrier pour lui demander de vous rembourser le montant de la facture. Il dispose d’un certain délai pour s’exécuter après avoir pris connaissance de la lettre. S’il ne veut toujours pas payer, il faudra faire intervenir la commission départementale de conciliation qui vous aidera à régler le problème à l’amiable.

En cas de dégât des eaux, le bon réflexe à avoir est d’aviser son propriétaire. Pour éviter les conflits, le locataire peut se référer à la loi pour déterminer les interventions qu’il doit régler et celles prises en charge par le bailleur.